We use cookies to customize content and advertising, to provide social media features, and to analyze traffic to our site. We also share information about your use of our site with our trusted social media, advertising and analytics partners. Read more.
  •    
  •    
  •    

    Georges Brassens / Lyrics

    Playlist 0 Rate 0 Like & Share Print Email Play

    "Le Moyenâgeux" Lyrics

    Georges Brassens

    Album:
    Genre:Pop
    Duration:00:05:32
    Rank: (−)
    Rate:
    −/5 from 0 users
    Charts: view all »
    Referring urls:view all »

    Video

    Lyrics

    Le seul reproche, au demeurant, qu'aient pu mériter mes parents
    C'est d'avoir pas joué plus tôt le jeu de la bête à deux dos.
    Je suis né, même pas bâtard, avec cinq siècles de retard.
    Pardonnez-moi, Prince, si je suis foutrement moyenâgeux.

    Ah ! que n'ai-je vécu, bon sang ! Entre quatorze et quinze cent.
    J'aurais retrouvé mes copains au Trou de la pomme de pin
    Tous les beaux parleurs de jargon, tous les promis de Montfaucon
    Les plus illustres seigneuries du royaume de truanderie.

    Après une franche repue, j'eusse aimé, toute honte bue
    Aller courir le cotillon sur les pas de François Villon
    Troussant la gueuse et la forçant au cimetière des Innocents
    Mes amours de ce siècle-ci n'en aient aucune jalousie...

    J'eusse aimé le corps féminin, des nonnettes et des nonnains
    Qui, dans ces jolis tamps bénis, ne disaient pas toujours "nenni"
    Qui faisaient le mur du couvent, qui, Dieu leur pardonne ! Souvent
    Comptaient les baisers, s'il vous plaît, avec des grains de chapelet.

    Ces p'tit's sœurs, trouvant qu'à leur goût
    Quatre Evangiles c'est pas beaucoup
    Sacrifiaient à un de plus, l'évangile selon Vénus.
    Témoin : l'abbesse de Pourras, qui fut, qui reste et restera
    La plus glorieuse putain de moines du quartier Latin.

    À la fin, les anges du guet m'auraient conduit'sur le gibet.
    Je serais mort, jambes en l'air, sur la veuve patibulaire
    En arrosant la mandragore, l'herbe aux pendus qui revigore
    En bénissant avec les pieds les ribaudes apitoyées.

    Hélas ! Tout ça, c'est des chansons, il faut se faire une raison.
    Les choux-fleurs poussent à présent sur le charnier des Innocents.
    Le Trou de la pomme de pin n'est plus qu'un bar américain.
    Y'a quelque chose de pourri au royaume de truanderie.

    Je mourrai pas à Montfaucon, mais dans un lit, comme un vrai con
    Je mourrai, pas même pendard, avec cinq siècles de retard.
    Ma dernière parole soit quelques vers de Maître François,
    Et que j'emporte entre les dents un flocon des neiges d'antan...

    Ma dernière parole soit quelques vers de Maître François...
    Pardonnez-moi, Prince, si je suis foutrement moyenâgeux.
    This song was submitted on March 30th, 2010 and last modified on October 18th, 2016.
    Copyright with Lyrics © Universal Music Publishing Group.
    Written by Georges Charles Brassens.
    Lyrics licensed by LyricFind.

    Songs you may also like

    • same album
    • same artist
    • popular on LSI
    • new on LSI

    Contributors

    leaderboard activity

    Comments

    Facebook (0) LetsSingIt (0)